Génétique du chat v2.0 : Les couleurs

La coloration chez les chats est un caractère physique visible, non associé à des conditions pathologiques ou à des maladies (sauf quelques exceptions) et qui a été sélectionné depuis le début du développement des races de chats.  La coloration des chats est un bon exemple pour comprendre de la génétique de base et de l’hérédité.  Nous allons voir la fonction des gènes, le passage des gènes d’une génération à l’autre et surtout, l’interaction des gènes les uns avec les autres pour donner des combinaisons de couleurs entre les races de chats et à l’intérieur de celles-ci.

Les bases de la génétique des couleurs chez le chat sont relativement simples.  Il faut toutefois demeurer prudent, puisque la simplicité, plus la simplicité, plus la simplicité … donne assez rapidement quelque chose de complexe !  Il y a un grand nombre de gènes qui participent à la coloration et aux patrons de couleurs retrouvés chez le chat ; ces gènes peuvent être regroupés en quatre niveaux de fonction :

  1. Les gènes codant pour la couleur de base, incluant les Colorpoints (Locus C), Agouti (Locus A), Orange (Locus O) et le Locus E. Ce sont ces gènes qui forment les pigments qui donnent la couleur de base du chat.
  2. Les gènes codant pour la modification de la couleur de base, incluant Brun (Locus B), la Dilution (Locus D), le gène Dilute-Modifier et le gène Ces gènes modifient les couleurs de base définies par les gènes précédents.
  3. Les gènes codant pour des taches blanches, incluant le Blanc dominant (Locus W) et les Taches blanches (Locus S). Ces gènes ne forment pas de couleur, mais sont responsables d’un manque de couleur (blanc).
  4. Les gènes codant pour des patrons/motifs de couleurs, incluant Tabby, Spotted et Ticked.

Il faut garder en tête que les gènes viennent en deux copies, c’est-à-dire que notre système génétique est en double (voir Génétique des chats v1.0). De plus, l’effet d’une copie d’un gène peut être dominant par rapport à l’autre copie, qui est alors récessive. Pour un gène donné, un individu peut avoir deux copies identiques (soit deux copies dominantes ou deux copies récessives), ou une copie dominante et une copie récessive. Par ailleurs, les fonctions d’un gène peuvent être permissive ou peuvent masquer celles d’un autre gène.

Gènes pour la coloration de base

La coloration est produite par les substances chimiques spéciales appelées pigments. Les pigments sont produits dans des cellules particulières, les mélanocytes, qui sont retrouvés dans le poil, la peau et les yeux. Chez le chat, la coloration et le patron de pigmentation du pelage est très important. Les deux pigments de base qui contribuent à la coloration sont les pigments noir et jaune. C’est l’interaction entre l’expression des gènes de ces deux pigments qui détermine la coloration de base du chat. Il est important de réaliser qu’un seul poil peut être tout noir, tout jaune ou peut être une combinaison de bandes noires et jaunes (ou même noires et jaunes modifiées).

Colorpoint et Locus C

Le Locus C comprend un gène clé pour la formation de la pigmentation. Quand le gène est actif, les pigments noir et jaune peuvent être formés.  Quand le gène est muté et inactif, aucun pigment n’est présent. Une mutation récessive sur le Locus C donne un chat blanc (albinos), mais ce n’est pas souhaitable pour les éleveurs.  Par contre, les chats ont une série de mutations additionnelles sur le Locus C qui donnent des colorpoints.  Les chats qui ont des colorpoints sont des chats qui possèdent des oreilles, des pattes et une queue qui sont plus foncées que le reste du corps.  C’est la composante clé de la coloration chez quelques races comme les Siamois et les Burmese et elle peut donner des variations comme chez les Tonkinois.  Il y a un ordre de dominance de ces mutations :

D’autres animaux tels que les lapins peuvent aussi avoir des mutations colorpoint sur les gènes du Locus C.  Il n’y en a toutefois pas chez les chiens.

Agouti (Locus A)

Le gène Agouti, situé sur le locus A, est le gène clé pour la production du pigment jaune. Chez le chat, le gène Agouti est soit actif, permettant au pigment jaune d’être formé, ou inactif, ce qui empêche la formation de la pigmentation jaune mais permet au pigment noir d’être produit.  Un gène Agouti normal (dominant) permet aux poils d’avoir des bandes noires et jaunes si les gènes Tabby sont exprimés (voir ci-dessous).  Une mutation récessive touchant le gène Agouti (a/a) est responsable des chats noirs (dit «seal» chez quelques races comme le Siamois), mais aussi des couleurs solides.  En toute honnêteté, le gène Agouti est beaucoup plus intéressant chez les chiens, car il donne le jaune dominant ainsi que le noir et feu récessif (voir Génétique du chien v2.0).  Même si nous avons le gène Agouti dans notre génome, il n’est pas impliqué dans notre couleur de cheveux.  Dommage.

Orange (Locus O)

Le gène Orange (Locus O) est intéressant pour deux raisons.  Premièrement, c’est un gène propre aux chats.  Deuxièmement, il se trouve sur le chromosome X, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un gène lié au sexe.  Il y a seulement deux versions du gène : Orange (O) qui est dominant et noir (o) qui est récessif.  Orange (O) bloque la formation du pigment noir et permet seulement au pigment jaune d’être produit. Les chattes, possédant deux chromosomes X, peuvent avoir un pelage orange (O/O), noir (o/o) ou un mélange élégant de poils noirs et oranges (O/o) pour donner des chats avec un pelage appelé « écailles de tortue ».  Les chats mâles ont seulement un chromosome X et peuvent ainsi seulement être noirs ou oranges.  Ils ne peuvent pas être écailles de tortue, à moins de posséder un chromosome X de plus (XXY), ce qui est rare.  Malheureusement, le gène Orange n’a pas encore été cloné et nous ne savons pas de quel type de gène il s’agit.  À part le fait d’être lié au sexe, le gène Orange chez le chat fonctionne un peu comme le gène Agouti jaune dominant qu’on retrouve chez les chiens (voir : Génétique du chien v2.0).  Contrairement aux chats, les chiens n’ont pas de gène lié au sexe responsable des patrons de coloration.

Locus E

Le Locus E, aussi connu comme le locus Extension, est un gène important pour la production du pigment noir.  Malgré ce fait, le Locus E n’est pas très important pour la plupart des races de chats, sauf pour le chat des Forêts Norvégiennes où il est responsable de la coloration ambrée.  Le Locus E est beaucoup plus important chez le chien et le cheval, car il est responsable de la magnifique coloration dorée du Golden retriever et de la coloration rouge du Setter irlandais et du cheval alezan (voir : Génétique du chien v2.0 : Les couleurs ; Génétique de cheval v2.0 : Les couleurs).

Gènes pour la modification de la couleur

Les gènes de modification de la couleur ne produisent pas les pigments de couleur mais influencent la teinte de la couleur, généralement en réduisant son intensité.  Les gènes de modification comprennent le gène codant pour le brun, également appelé chocolat (Locus B), le gène pour la dilution (Locus D) ainsi qu’un gène modificateur de la dilution («Dilute-Modifier») et un autre gène argenté ou «Silver».

Brun (Locus B)

Le gène du brun (Locus B) affecte l’intensité du pigment noir.  Il s’agit d’un trait récessif qui transforme le pigment noir normal (B) en une couleur brune (b/b) ou bien une couleur cannelle (b’/b’).  La coloration normale est dominante par rapport au brun, qui est dominante par rapport ou couleur cannelle.

Dilution (Locus D)

Le gène de dilution modifie aussi les couleurs normales en diluant les pigments noirs et jaunes.  Ce gène est récessif et il modifie la pigmentation noire pour donner une couleur grise (d/d) souvent appelée bleu.  La dilution peut être combinée à la couleur brune (b/b) pour créer des pelages lilas (aussi appelés lavandes) ou à la couleur cannelle (b’/b’) pour donner sable chez le chat.  Le gène de dilution peut aussi influencer la pigmentation orange (Locus O) qu’il dilue pour donner une coloration crème.

Gène «Dilute-Modifier»

Chez le chat, il existe un gène appelé «Dilute-Modifier» qui accentue la dilution des pigments lorsqu’il est doublement muté (d/d).  En présence de «Dilute-Modifier» le locus B (Brun) donne des nuances de caramel alors que le Locus O (Orange) donne la couleur abricot.  Le gène «Dilute-Modifier» n’a pas encore été cloné et le mutation n’est pas encore caractérisé.

Argenté («Silver»)

Le gène argenté modifie le pigment jaune en un pigment argenté, mais n’a aucun effet sur le pigment noir.  Malheureusement, le gène argenté n’a pas encore été cloné.

Gènes pour les taches blanches

Les taches blanches sont une caractéristique importante de la génétique de la coloration des chats.  En fait, le blanc n’est pas une couleur en soit mais plutôt une absence de couleur. Il provient d’un manque de cellules appelées mélanocytes lors du développement.  Les mélanocytes sont responsables de la production des pigments.

Blanc dominant (Locus W)

Le blanc dominant (Locus W) peut donner un chat entièrement blanc.  Ce gène est dominant puisqu’une seule copie mutée du gène (W) est nécessaire pour donner cette coloration.  La version récessive et normale du gène est appelée w.  Le blanc dominant masque les effets des colorpoints (Locus C), Agouti (Locus A), Brun et Cannelle (Locus B) et Orange (Locus O).  Le blanc dominant peut être confondu avec le blanc récessif (albinos, c/c, provenant du Locus C).  Malheureusement, le blanc dominant peut être associé à la surdité.

Taches blanches (Locus S)

Les chats peuvent avoir une grande variété de marques blanches qui peuvent être absentes, modérées ou prédominante.  Le Locus S est impliqué dans la production de taches blanches, mais le gène n’a pas été cloné et nous ne savons pas s’il représente un ou plusieurs gènes.  Il s’agit probablement de plusieurs gènes et un génétique complexe.  À mentionner, le patron de gants blancs chez le Birman suive un génétique récessif et est causé par une mutation dans le gène Kit.

Gènes pour les patrons de couleurs

Les chats sont reconnus pour leurs patrons de couleurs frappants, incluant des rayures, des taches et des tourbillons de couleurs.  Les chiens, par contre, sont plus modestes, des cousins pauvres quant aux patrons de couleurs.  Ces patrons sont produits par différents niveaux d’expression des pigments de base (noir et jaune) entre les groupes de poils et même dans un seul poil.  Ces patrons sont appelés tabbies, mais ceci simplifie trop la génétique, puisqu’il existe plusieurs gènes impliqués.  Le pelage tabby requiert un gène Agouti fonctionnel (A/-) qui est masqué chez un chat noir (a/a).   Les patrons tabby peuvent recouvrir la couleur de base ainsi que les gènes de modification de la couleur.  Nous mentionnerons trois gènes associés à ces patrons, soit tabby classique, tabby tiqueté («ticked tabby») et tabby tacheté («spotted tabby»).

Mackerel Tabby et Tabby Classique

Le mackerel tabby et le tabby classique sont causés par le même gène (Ta).  Le mackerel tabby est dominant par rapport au tabby classique.  Dans le mackerel tabby, il y a une alternance de bandes de pigments noirs et jaunes.  Pensez aux petits tigres.  Dans le cas du tabby classique, il y a des tourbillons et des taches de pigments noir et jaune.

Tabby tiqueté

Dans le patron du tabby tiqueté, il y a une alternance de pigments noirs et jaunes au sein d’un même poil, donnant un style poivre et sel chez certains chats comme chez les Abyssins.  Le patron tiqueté est dominant sur le patron non-tiqueté.  Même si le locus responsable du patron tiqueté est différent de celui responsable du tabby classique, il peut être masqué par le tabby classique.

Tabby tacheté (Spot Tabby)

Le locus du tabby tacheté est responsable des taches de pigments noirs sur un fond de pigments jaune.  Pensez aux petits léopards.  Ces taches sont retrouvées chez des races de chats traditionnelles comme l’Ocicat et chez des races hybrides comme le Bengal.  La génétique des taches n’est pas encore bien comprise.

Autres traits à mentionner

Poil court/long

La génétique du poil long et court est relativement simple.  La copie dominante (L) donne du poil court alors que le poil long correspond à la copie récessive (l/l).

Poil frisé

Le poil frisé est un caractère intéressant codé par le gène K.  Des mutations dominantes (Ks) donnent le pelage du Selkirk Rex alors que des mutations récessives (kre et khr) donnent le pelage du Devon Rex et du Sphinx respectivement.

Les couleurs et l’hérédité

Nous venons tout juste d’aborder la génétique de la coloration des chats.  Nous devrions aussi mentionner son hérédité, c’est-à-dire le passage des gènes responsables de la couleur du pelage d’une génération à l’autre.  Considérez le génome du chat comme un jeu de cartes (voir Génétique féline v1.0) dans lequel chaque gène (ou carte) est représenté deux fois.  Avec ce jeu de cartes, on construit un château de cartes (un chat) avec sa propre combinaison de cartes.  Entre chaque génération, le château est détruit et le jeu de cartes est mélangé puis séparé en deux. Un nouveau château (un chat) est construit avec une nouvelle combinaison de cartes, la moitié provenant de la mère et l’autre moitié du père. Quand on pense à tous les gènes impliqués dans la couleur du pelage avec toutes leurs variations, en plus des gènes qui n’ont pas encore été découverts, cela peut donner un très grand nombre de nouvelles combinaisons possibles entre les générations. C’est la génétique. C’est le défi de l’élevage.

Cet article sur la génétique de la coloration des chats n’a pas pour but d’être le plus complet et exhaustif possible.  Pour plus d’informations et de détails, rendez-vous sur :

https://en.wikipedia.org/wiki/Genetics

https://en.wikipedia.org/wiki/Cat_coat_genetics

http://cfa.org/breeders/catcolorsgenetics/basicfelinegenetics.aspx

http://homepage.usask.ca/~schmutz/catcolors.html

http://messybeast.com/colour-charts.htm

© 2018 David W. Silversides